Depuis deux mois, les forces de sécurité nigérienne se livrent à une véritable opération de répression et d'escroquerie sur les orpailleurs tchadiens. Après avoir été chassés du Tibesti par le régime dictatorial de N'Djamena; les orpailleurs ont pris le chemin du plateau de Djado situé à 700 km au nord d'Agadez.
Les forces de sécurité nigérienne emprisonnent, et s'accaparent des biens des orpailleurs. Les policiers, les gendarmes extorquent dix mille francs CFA par orpailleurs, malgré qu'ils détiennent de passeport ou de laissez-passer en bonne et due forme. Ces comportements indignes des forces de sécurité nigérienne sur les orpailleurs tchadiens, sont surprenants.
Suite à la mauvaise gouvernance du régime du despote Idriss Deby; la vie est intenable au Tchad. Le chômage et la misère sociale obligent bon nombre des jeunes tchadiens à la ruée vers l'or, dans le but d'améliorer le quotidien de leurs familles. Idriss Deby, n'ayant pour unique souci la conservation du pouvoir, rend la vie difficile aux orpailleurs, car il croyait que ceux derniers risquent de se rebeller contre son pouvoir.
Le peuple nigérien et le peuple tchadien étaient en réalité un même peuple. Sauf que les frontières artificielles tracées par le colonisateur français les séparent. Malheureusement au Niger on n'hésite pas à réprimer les tchadiens. Il y a quelques années, sous le régime du feu, Ibrahim Maînassra des réfugiés tchadiens, ont été arrêtés et livrés à Idriss Deby et ils ont été systématiquement mitraillés.
Cette répression des forces de sécurité nigérienne, sur les orpailleurs tchadiens vient aussi d'Idriss Deby; et c'est dommage qu'un pays souverain et avec un pouvoir démocratique comme le Niger, obéit à un dictateur. Les orpailleurs ont saisi l'ambassade du Tchad à Niamey, mais comme ces représentations sont uniquement au service d'un despote, l'ambassade n'a pas réagi aux cris d'appel de ses ressortissants.
Donc, nous appelons les associations des droits de l'Homme et l'ensemble de la société civile nigérienne d'intervenir en faveur de leurs frères tchadiens; réprimés par les forces de sécurité nigérienne.

Mahamat HASSANE BOULMAYE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir