L'opération journée sans téléphone lancée par les associations de la société civile, notamment celle dénonçant la vie chère, a été une réussite éclatante. Le mot d'ordre a été suivi par la majorité des usagers de la téléphonie au Tchad.
Téléphoner à partir du Tchad coute extrêmement cher. Un appel vers la France coute 750 Fcfa (1.43€) la minute. C'est un véritable racket. Les prix de communications sont gonflés par des prélèvements au profit des sports, de la jeunesse, etc. La destination réelle de ces extorsions est les poches de la famille Itno. Et comme on n'est mieux servi que par les siens, on a installé le grand frère national, Daoussa Deby Itno, sur la vache laitière qui la trait jusqu'au sang.
Les tchadiens, à l'instar des autres Peuples de la sous région, surtout des pays francophones, se mobilisent à réclamer non seulement leurs libertés fondamentales mais aussi à évoluer vers une société pluraliste où l'alternance politique est la règle. Le temps où des potentats grabataires et impotents, confisquant le pouvoir pour servir leurs familles est à jamais révolu. Du Burkina au Burundi, en passant par les deux Congo et le Tchad, l'ère de l'alternance a sonné. L'opinion doit se mobiliser pour aider ces Peuples meurtris par des dictatures dignes du siècle dernier, à se libérer et à vivre avec dignité dans leurs pays. Dans ces pays le désespoir est tel que des milliers des jeunes sont tentés par l'exil et ceci au prix parfois de leurs vies.
Au Tchad la mobilisation est totale. Si la jeunesse, dans un passé récent, pensait uniquement à comment intégrer le système, aujourd'hui les mentalités songent à comment réaliser les aspirations légitimes des tchadiens à savoir une société démocratique. Une société où la méritocratie prime sur le favoritisme, la compétence sur la nullité, bref, l'intérêt général sur l'opportunisme immoral et amoral.


Depuis Shawire, Ahmat Youssouf, pour la Gazette

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir