Chers compatriotes,
L’année 2016 vient de s’achever. Pour nous, Peuple tchadien, c’était une année de plus, ressemblante de tout point de vue aux 25 autres années qui l’ont précédée, qui se sont toutes caractérisées par la confiscation du pouvoir par les armes, la barbarie, l’humiliation, le pillage des biens public etc …
Par conséquent, une fois de plus notre pensée va, en cette fin d’année, à tous les tchadiens, particulièrement à nos martyrs et aux victimes de ces barbaries, aux familles et aux proches qui ont été laissés dans l’indifférence totale. Au nom de la résistance, nous leur adressons notre compassion et notre affection.
Aucun pays au monde n’a pu avancer sans la justice, le Tchad ne fera pas exception. Pour cela, aucun crime ne restera impuni.
A nos martyrs, qui ont donné ce qu'ils ont le plus cher au monde, leur vie, nous ne les oublierons jamais, ils resteront à jamais graver dans nos mémoires.
En ce moment, nous saluons la bravoure et le sang-froid de nos camarades qui surmontent actuellement le froid, la fatigue, l’éloignement familial et le bombardement par les milices de Khalifa HAFTAR, l’allié de DEBY. Ces valeureux tchadiens ont pour seul but la libération de leur pays du joug dictatorial.
Aussi nous adressons, toute notre gratitude à tous les camarades syndicalistes, de la société civile et à l’ensemble de nos compatriotes qui luttent pour la liberté au Tchad.
Chers compatriotes,
Nous n’avons pas terminé avec ce terrorisme érigé en système de gouvernance. Il est toujours là et se consolide grâce à l’égoïsme, à l’indifférence, à la passivité d’une certaine élite politique tchadienne.
Tchadiens, Tchadiennes,
Chers résistants, les affres que nous subissons depuis des années nous ont confirmés, que nous avons un amour invisible en commun, c’est l’amour de la partie.
Nous, jeunesse de la résistance, devons s’unir en mettant cet amour en avant, pour prendre notre destin en main. Puisque nos ainés ont échoué, beaucoup sont aujourd’hui directement responsables de la situation chaotique de notre pays sur tous les plans.
Ils peuvent nous venir en aide, mais certainement pas venir nous proposer des monts et merveilles pour nous sortir de la situation dans la quelle ils nous ont plongés. Nous ne sommes pas prêts à reproduire les mêmes erreurs. Nous sommes plutôt pour l’examen des échecs passés pour en tirer toutes les leçons utiles.
A toute la jeunesse, que cette patrie soit au coeur de notre engagement, dans le respect et l’égalité de tous, mais non pas dans le repli identitaire à savoir la discrimination, le tribalisme ou le régionalisme. C’est avec cet amour que nous pouvons conquérir notre patrie.
L’année 2017 ne nous délivre pas du totalitarisme, si nous resterons les bras croisés et attendre le sauveur, nous demandons à la jeunesse de rompre avec le fatalisme et de nous rejoindre pour mettre fin à cette agonie.
Deby ne partira pas sans les armes et ce n’est pas un secret de polichinelle. Par son comportement et son discours, il l’a rappelé à suffisance cette évidence !
Chers compatriotes,
2016 fut une année de l’arrogance du dictateur Idriss Deby, il nous a rappelé encore une fois de plus, la semaine dernière, lors de son rencontre avec ses sujets « députés de la majorité », que le peuple tchadien ne mérite aucun respect, ni considération. Alors faisons de 2017, une année de combat, de résistance et d’espérance pour vaincre cette dictature.
C’est dans cet esprit que nous vous adressons nos meilleurs vœux, pour vous et votre famille.
Vive la résistance,
Vive la république,
Vive le Tchad.


Fait à Paris le 31 Décembre 2016
Le SG fédéral du bureau FACT-EUROPE
AHMAT BRAHIM

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir